menu Menu
La démonstration Chapitre 3
Épisode 4 Oméga Vortex présente le nouveau produit de MMM dans la salle Volvix.
Marie et la voix    Chapitre 2 Précédent Suivant

Les Univers conspirent pour notre mieux-être, par nos pensées et nos gestes, à notre insu ou pas.
Tout est là.
— Bémo Login

 

Soirée légèrement fraîche dans la dimension matérielle, le monde du dehors ou l’errel pour les Cyb.

Enveloppées de murmures, des grappes de gens s’introduisent par les portes latérales et prennent place dans la salle Volvix, lieu vaste et clos coupé de la lumière naturelle, comme une baleine sèche au ventre de la Tour MMM.

Marie a choisi un siège juste devant la scène centrale de l’amphithéâtre ovale de 500 places, 7 rangs de gradins moelleux placés face à face en deux demi-lunes, d’où elle peut très bien voir le déroulement de la démonstration présentée par Oméga Vogel, son assistant et le chef du laboratoire de Mana Medtek et Mégatek. Quelques centaines de personnes participent à l’événement sans transmission autorisée, pour une présentation à des partenaires actuels et représentants de sociétés collaboratrices potentielles triées sur le volet.

Sont assis parmi l’assistance Gavrone Pirec, Plann Spencer et Strom Olson, les propriétaires et décisionnaires de Cybtrix. La société est le principal partenaire commercial de MMM, en même temps que son concurrent le plus traitre. Dans une autre section s’alignent côte à côte les Anélaire Caron, Ornesta Purelove, Albert Poudrier-Melon, Bernardon Caouette surnommé le Fouet, d’éminents magnateks pure laine venus découvrir le nouveau concept de la société de Pax Mana fille et fils.

À son habitude, Max brille de son absence.

Présent de chair et d’os pour l’occasion, Pax s’est retiré seul dans sa loge, de plus en plus occupé ces dernières années à des projets personnels tenus secrets. En attendant le début de la démo, il est comme toujours en pleine communak vocale animée.

***

L’espace est aussi alourdi qu’assourdi par le fourmillement des visiteurs et des employés de la multinationale, tous en cravatek ou en robe ultratek, versions haut de gamme du vêtement interactif.

Devant l’assistance fébrile, Oméga prend la parole dans toute sa blondeur de jeune génie :

— Bienvenue entre les murs de nos bureaux. Ce soir, vous êtes sur le point de vivre un moment unique. Vous allez découvrir le tout dernier né des labos MMM. 

Il penche son corps sur le côté de façon expressive en tendant les bras immobiles devant lui, main droite pointant vers l’auditoire, l’index levé, main gauche à plat dans l’air.

— Aimeriez-vous rencontrer des êtres du passé, des personnages historiques, plusieurs années ou même siècles après leur trépas? Ou ramener à vous un proche disparu? Donner vie à vos avatars SX? C’est maintenant possible, grâce aux recréations ultratek, appelées rékomisations, ou simplement rékoms.

Ce soir, en direct sous vos yeux, vous allez assister à la naissance d’une rékom. 

Une musique fluide se répand de tous côtés, tandis que les yeux sont rivés vers le centre de la scène, guettant un point apparu à l’intérieur d’un gros œuf laiteux.

— Voici l’incubatrix.

Sur le vaste écran à 360 degrés ovoïde olo surplombant l’incubatrix et permettant à tous de voir l’action de près, un symbole composé de formes dorées imbriquées surmontées d’une sorte d’oiseau ou de moustache stylisée apparaît.

— Et voici l’œuf-œil, le symbole de la rékom.

Pour la première fois devant public, des simulaks de nouvelle génération servent à créer un ersatz d’organisme complet, avec la recréation 3D matérialisée photoniquement, la première application olo des blocs de construction des mondes de Simulatrix, les simulaks.

Mû par l’enthousiasme de l’inventeur, Oméga poursuit gaiement :

— Une fois créée, la rékom est indépendante de sa matrice et peut mener une «existence» pratiquement autonome. Il suffit de la recharger tous les jours afin de maintenir la structure en simulaks et recalibrer ses capteurs élekmag.

Les simulaks sont les cellules de la rékom. Sur le principe même de l’olotek que vous connaissez, chaque partie de l’image projetée contient son tout. Autrement dit, chaque point de l’image porte en lui l’image entière. C’est par cette ultratek que l’illusion de présence est créée. D’où la magie des olosimulaks.

Toute l’information de la rékom est enregistrée sur une pastille cristalline photosensible imbriquée au sommet de la matrice en métal, répliquée dans chacun des simulaks qui prennent alors vie, stimulés électromagnétiquement.

Après avoir dit ce mot, Oméga se met à exécuter une série de mouvements ondulatoires des bras et des mains, en un geste englobant, sphérique, évoquant une danse au ralenti. Au bout de chaque poing, il tient une barre d’appel de simulaks cylindrique en or spiralé. 

La tête relevée tendue vers l’avant, les traits intenses, il se concentre sur l’activation du dispositif.

Le casque filamenteux entourant l’oreille d’Oméga lui sert de catalyseur d’influx neuronik, appelé flox par les Cyb, qu’il dirige par sa gestuelle élaborée. La connexion se fait grâce à une tok amovible dans son cerveau.

Enfin, il s’immobilise, droit comme un i, les mains tendues vers l’horizon, leurs revers réunis devant lui avec les barres d’appel en direction de l’œuf source.

*

Dans l’obscurité de la salle, les stimuli photoniques de la projo olo débutent. Les simulaks nouveaux descendent en spirales du haut de la coque comme une nuée d’insectes et commencent à dessiner une petite sphère lumineuse au cœur de la structure. Après être apparue fantomatique un instant, la forme se définit, se densifie. 

Ce qui ressemble d’abord à un œuf d’autruche se révèle être une grosse ampoule arrondie éclairée. Immobile, elle flotte seule quelques secondes devant l’assistance médusée. Ensuite, une main apparaît dessous, la tenant avec fermeté et élégance.

Des ooh et des aah fusent de part et d’autre de la salle cozy où sont assis les centaines de clients, partenaires commerciaux, investisseurs et collaborateurs de MMM.

Par touches successives dans l’enceinte se profile un homme vêtu d’un complet veston avec pantalon bleu marin, assis calmement dans un fauteuil ékotek qui épouse sa silhouette d’une autre époque. L’autre main est appuyée sur un accoudoir. Le regard de l’homme est penché sur la lumière de verre presqu’aussi grosse que sa tête qui s’illumine d’une lueur blanchâtre. Ses cheveux sont séparés au milieu du front, lissés en une série de vagues qui disparaissent sous un haut de forme. Une moustache proprement taillée ponctue son visage songeur.

Le corps entier est contenu dans l’incubatrice comme dans une énorme ampoule.

Oméga observe une grimace traverser la face de Marie, aussi étonnée qu’excitée. Elle a sursauté malgré elle en reconnaissant le personnage qu’Oméga a recréé. Sa surprise, qu’il disait.

Plann et Gavrone partagent le même air ébahi à bouche ouverte. Pax, bien perché pour voir aussi bien la démonstration que les deux magnateks, se caresse le menton d’une main, perplexe.

Plann à l’oreille de Gavrone : « C’est une tek Bio. Cet Oméga et ses frondes aux magnateks! »

C’est la rékom du savant Etsa Jolta, décédé près d’un siècle plus tôt. Un scientifique pur Bio dont les inventions ont malgré lui inspiré les pires dérives Cyb. Évoquant un penseur en profonde méditation sur son existence, les yeux penchés sur son œuvre éclairante plutôt que sur un crâne sans vie.

Se tournant tranquillement vers l’assistance, il appuie sa tête sur les doigts écartés de sa main opposée.

Jolta est-il, oui ou non?

La rékom de Jolta se lève lentement hors de l’incubatrix et avance en direction de l’assistance d’un pas droit et mesuré, portant sa présence sur la scène, l’ampoule à son visage comme pour l’examiner.

Oméga, qui reste là où il est comme un pivot tandis que Rejolta semble se dégourdir les jambes en marchant lentement de gauche à droite derrière lui, poursuit avec passion :

— Je vous présente Rejolta, la rékomisation du grand génie.

Après une pause forcée par des applaudissements hésitants, il enchaîne :

— Vous êtes invités à l’interroger en projetant votre voix dans les micros intégrés aux sièges

Les questions fusent ici et là. Et la rékom de Jolta se raconte…

Le magnatek Gavrone Pirec, président de Cybtrix, interroge la rékom.

— Quel est votre plus récent souvenir?

— J’étais seul dans ma chambre du 32e étage de l’hôtel Big Apple. Depuis quelques jours, j’avais tellement mal partout qu’il m’était devenu impossible de descendre au parc pour nourrir les pigeons et les mendiants… Ce soir-là, j’étais étendu dans mon lit quand le sommeil m’a emporté. L’instant d’après, plus de douleur, j’étais libéré de ce corps et je quittais la matière terrestre. Pour cette vie-là du moins. Maintenant, me revoici.

Toute la salle applaudit chaudement.

Un monsieur

— Qu’avez-vous de nouveau à nous apprendre au sujet de l’énergie libre?

— Elle se trouve partout autour de nous, nous pouvons la capter et la redistribuer à volonté. Il suffit de pouvoir installer les bons appareils.

— Dans quel but avez-vous développé le rayon magenta? Savez-vous que depuis votre… hum, départ, c’est devenu un outil de mort?

— Oui, comme méthode dissuasive contre les guerres, sous toutes leurs formes. Il s’agit d’une arme ultrapuissante, et il fallait que les États-Réunis et la Russa s’entendent entre eux, puisque j’ai donné une moitié de mes plans à chacune de ces mégapuissances. Bien entendu pas la même, c’est l’idée.

Un rire incertain parcourt la salle. Parmi les quelques dizaines d’hommes et de femmes assis restés cois, l’attention est complète. Plann et Gavrone sont en effet silencieux et suivent le déroulement de la démonstration avec des yeux exorbités.

— Et les ondes lascaires?

— Eh bien, vous savez qu’elles peuvent servir à soigner les pires déséquilibres humains, autant physiques que psychiques, mais que leur usage peut être détourné à des fins plus funèbres.

Un autre homme en cravatek criarde demande à Oméga :

— Quelle est la durée de vie d’une rékom?

Aussi longue que celle des simulaks, ce qui veut dire jusqu’à l’usure du matériau. La pastille, pour le moment, a besoin d’être remplacée annuellement – les données sont alors transférées dans une nouvelle mouture de simulaks.

Il continue :

— Nous tâchons de mettre au point sa régénérescence perpétuelle. Pour l’instant, après 24 heures idéalement et au maximum 48 heures, la rékom doit retourner dans la matrice pour être rechargée. Une fois par mois, automatiquement lors du chargement, elle va se désintégrer en simulaks. Ceux-ci sont absorbés par la capsule au-dessus de l’œuf afin d’y être recalibrés et d’en effectuer une copie de sauvegarde, une procédure qui prend une journée complète.

Bien entendu, vers la fin de ce cycle il peut arriver que la rékom présente des pertes de mémoire. Un voyant lumineux dissimulé sur la nuque indique qu’il est temps de remettre la rékom dans son œuf incubateur.

— Comment faites-vous pour qu’une rékom soit ressemblante?

— Dans le cas de la rékom de Jolta, nous l’avons reconstituée sur une base mémorielle, à partir de données de diverses natures.

Une rékom mémorielle en sait autant que la somme des informations recueillies à partir des traces de son modèle source, qui alors a perdu vie. Plus les données sont variées et nombreuses, plus la rékom sera une réplique ressemblante de la personne qui a vécu.

Ou la rékom peut être naturelle, préparée du vivant de sa copie rékomisée afin d’être parfaitement conforme à la personne originale.

Ou il peut s’agir de rékoms de personnages totalement inventés.

Plann Spencer, un homme à la carrure d’armure, interroge Oméga :

— Monsieur Vogel, quel est le marché pour la rékom? Quels sont les développements futurs?

Les applications possibles sont multiples – le spectacle, la mode, les medteks, l’éducation – et les améliorations à venir pourront permettre d’ajouter une intelligence et une autonomie parfaites aux rékomisations. C’est la prochaine étape.

 

Nous en sommes à développer un procédé qui, au moyen d’un module d’énergie portative à base de cristaux, peut fournir une autonomie complète à la rékom, sans qu’il soit nécessaire d’utiliser l’incubatrix.

Rejolta, qui est resté en plan, bien que faisant l’objet des mille commentaires de tous ces curieux et intéressés, continue à marcher de long en large entre Oméga et l’œuf matriciel.

— Ce sont, comme vous le voyez, des automates version très avancée. Voyons jusqu’où cette nouvelle aventure pourra nous mener.

*

Toujours dans la salle Volvix, une fois tout le public reparti, Marie vient retrouver Oméga qui descend de la scène aux flancs de Rejolta. En marchant vers la sortie, elle sème un peu ce dernier pour s’adresser à son assistant, de sorte que la rékom soit incapable de les entendre :

— Pourquoi Jolta? Tu sais à quel point il est impopulaire dans les milieux magnateks!

— Eh bien, ça va leur servir de leçon d’intelligence. Est-ce qu’on a encore quelque chose à prouver? Qui penses-tu que j’aurais donc mieux fait de choisir à sa place? Hein Mater de Rosa?

Est-ce que j’aurais dû faire revivre un magnatek de la même trempe qu’eux pour les flatter dans le bon sens du poil?

— Justement, il a peut-être collaboré avec les ancêtres magnateks. On sait qu’il entretenait des relations secrètes avec le gouvernement états-réunien d’avant la Grande réunification.

— Alors si c’est vrai, j’ai bien choisi. 

Il lui donne un petit coup d’épaule suivi d’un clin d’œil bordé de sueur qu’il tente d’épancher sur une manche peu absorbante. Malgré lui son mouvement déclenche une communak à son oreille qu’il interrompt aussitôt en reclignant.

Suivis de Rejolta trottant, Oméga et Marie empruntent le large couloir pour retourner au labo par l’ascenseur, circulant dans un tube vitré au centre de l’édifice.

— Oups! Bien non, là, tu sais bien Marie que Jolta était un pacifiste dans l’âme. Comme Leonardo de Vinchi, s’il a collaboré avec des militaires et des gouvernements, c’était uniquement pour financer ses recherches et payer ses factures. Quand Jolta a réalisé ce que l’armée comptait faire de ses travaux, on dit qu’il aurait lui-même détruit son atelier pour qu’il soit impossible de mettre la main sur ses machines. Pourtant, l’armée a finalement saisi une partie de ses documents après sa mort.

— Mouais, il paraît… Tout ça manque de clarté. De toute façon, Oméga, tu aurais pu choisir un type moins controversé pour ton prototype de rékom. Tu sais que je suis loin de raffoler de tes surprises. On avait parlé d’autres possibilités…

— Avoue Marie que ça les a quand même impressionnés! Hi, hi, hi!

— Surtout notre toupet, oui!

Oméga arrive facilement à être fier de lui-même à la première occasion donnée. Et maintenant, avec cette première de taille, son ego est gonflé à bloc et son sourire railleur l’exprime sans gêne.

— Tu l’as dit, avec autant de force que si tu avais fait exploser une bombe au milieu de la salle Volvix. Tu comprends bien que j’aurais aimé dire mon mot.

— Je pense que c’est important, ajoute Oméga pour sa défense, que les gens d’action aient plus de vision. Et Jolta était un visionnaire, étrangement oublié. En plus il va travailler avec nous. Pour moi l’avenir est ce qu’on en fait, et les inventions Bio vont devoir être enfin reconnues.

— Si on avait pu éviter de les inviter… On verra bien ce que ça donnera. De toute façon j’ai un plan B. Évidemment je doute beaucoup que ça soit une bonne idée que les magnateks mettent la main sur le marché des rékoms. Ce serait justement comme leur divulguer l’intégralité des plans du rayon magenta de Jolta.

Marie doit reconnaître, en découvrant le travail final de son collègue et ami après des années de développement, que Rejolta est un bel atout pour MMM. Le savant ressuscité synthétiquement leur prêtera main forte pour réaliser de nouvelles teks, son bureau personnel attenant au laboratoire étant prêt à le recevoir.

Rendus au labo quelques étages plus haut, ils retrouvent Moom qui était absente de la démonstration, sans relâche la tête et les mains occupées par de nouveaux concepts de son invention pour améliorer un ou l’autre des produits de l’entreprise.

En équipe comme à l’habitude depuis des années, ils discutent vivement d’idées sur la façon d’éteindre ce qui est pour Marie un incendie commercial dont elle aurait facilement pu se passer.

Elle sait trop combien les magnateks sont maîtres dans l’art de dissimuler leurs intentions réelles, en grands prêtres de la singulak.

Tous entonnent, le cœur entre Bio et Cyb :

— Bienvenue chez toi, Rejolta!

Qui voulez-vous faire revivre? Votre animal favori? Tous les supports acceptés, images, animax, olotek pour créer la rékom à votre mesure.

*

C’est déjà la fin du 4e épisode de Bio et Cyb
Tome I de la série littéraire Les Œufs cosmiques.

Merci de vous inscrire à la liste d’envoi pour
savoir quand vous pourrez lire la suite :


Précédent Suivant

keyboard_arrow_up
error: